Archives pour la catégorie Le Blog

Dans cette rubrique, vous retrouverez mes articles, billets d’humeurs, coups de coeur et coups de gueule sur divers sujets. Bien sur les nouvelles technologies, mais également des articles d’histoire locale, des communiqués de presse ainsi que des pensées et des réflexions.

Blogging from A to Z April Challenge

Mes bonnes résolutions généalogiques de 2014

Après avoir fait un bilan simple de 2013, voici quelques unes de mes résolutions généalogiques pour 2014.

Participer au #ChallengeAZ et au #Geneatheme

Blogging from A to Z April Challenge

Il y a du pour et du contre dans ces deux projets proposés par Sophie en 2013, et si j’ai trouvé la qualité des articles du premier trop variable (la faute au manque de temps ?), je vous dévoile mon regret pour le second : cela lisse un petit peu trop la blogosphère généalogique à mon goût. En effet, nous savons presque à l’avance tous les thèmes qui vont être aborder dans les prochains mois dans la blogosphère généalogique.

Néanmoins, il faut reconnaître aussi que cela a un grand intérêt, et celui-ci surpasse bien évidemment ma critique négative : il permet au lecteur de découvrir de nombreux généalogistes très fertiles en articles, avec le plus souvent de jolies histoires à raconter, et il permet au blogueur manquant d’idées de réaliser un travail d’écriture chaque mois (ou chaque jour selon le challenge suivi) sur un thème auquel il n’aurait probablement pas pensé seul.

Je suis à la fois lecteur passionné et auteur en manque d’idées et, à partir de là, je trouve ces deux challenges fabuleux. Alors même si parfois, la quantité d’articles publiés peut noyer certaines pépites, le résultat est très agréable à lire. Je compte participer à ces deux challenges d’autant plus que le Challenge AZ me semble pouvoir s’ouvrir sur un horizon plus large que le geneatheme.

Finir le projet #Sources

1905_naissance alice rousset

Lancé l’année dernière, le projet #Sources a pour but de sourcer tous les NMD (ou les BMI) de mes SOSAS. C’est ce projet qui, repris du début, m’a permis de relire les actes sous un jour nouveau, de découvrir de nouveaux documents et de nouvelles tranches de vie de mes ancêtres, même les plus proches.

Il donne un aspect qualitatif à mon arbre non négligeable.

Je pense, mais je ne suis qu’un débutant, que reprendre sa généalogie du début doit être un travail enrichissant quel que soit le niveau atteint par son arbre, sa taille, sa précision, sa justesse. Il y a toujours des informations qui ont été passées sous silence. Et ce sont ces informations qui permettent de débloquer des branches, de retirer des épines généalogiques.

Améliorer la page hommage MPF

1908 - Auguste Bècle - Détail du portrait

En novembre dernier, pour le geneatheme dédié, je lançait ma page hommage aux anciens combattants de mon arbre.

Cette page en est encore aux balbutiements mais je souhaite l’améliorer, l’étoffer, l’enrichir et permettre à ma famille de (re)découvrir nos ancêtres qui se sont battues sur les différents fronts. Que ce soit sur le continent ou en Indochine, en Algérie, ou ailleurs.

Avancer le #ProjetTHMPF1418

tableau d'honneur

Enfin, j’espère que cette année avec Cédric, Vincent, Philippe, Véronique, Isabelle, Fabrice, Laetitia, Jean-Michel, Grégory, Christine, François, Laurent, Pierre-Valéry, Elise, Sophie, Gilbert, Myriam, Colette, Jean-Michel, Cyril, Fabien et Charles nous auront indexé le Tableau d’Honneur et permis à de nombreux descendants de retrouver la trace de leurs ancêtres.

Evidemment, j’espère que toutes ces résolutions vont se concrétiser mais je suis persuadé que de nouvelles idées vont émerger dans mon esprit et évincer les moins importants. Ce dernier #ProjetTHMF1418 est celui auquel je consacrerai le plus d’énergie, étant donné que je ne suis pas le seul impliqué.

Bonne année à tous. Et rendez-vous bientôt ici ou là.

Sans titre-2

Bilan de deux mille treize #geneatheme

Voici la fin de l’année qui s’approche avec ses bilans et son #geneatheme du mois de décembre. Je vais décomposer le mien en plusieurs paragraphes que vous lirez selon vos envies.

Le bilan de genbecle.org

L’année s’est déroulée en trois phases bien distinctes sur le blog.

Evolution de l'audience de genbecle.org en 2013, jusqu'au 7 décembre inclus.

Evolution de l’audience de genbecle.org en 2013, jusqu’au 7 décembre inclus.

 

D’abord de janvier à mai, période de préparation de l’internat qui m’a empêché d’être bien disponible sur le blog. En résulte une absence de nouveaux articles et, ajoutée à une nette diminution du trafic en provenance de Google à partir de mars, une baisse importante de lecteurs. Par contre j’ai découvert de nombreux autres blogs qui ont été bien actifs, particulièrement pendant le challenge AZ du mois d’Avril, qui m’a permis de remplacer l’écriture par la lecture.

De Juin à Octobre, je me suis rattrapé. J’ai publié tout ce qui me venait à l’esprit (particulièrement à propos des nouvelles technologies) et surtout, j’ai réalisé des entretiens téléphoniques ou en face à face qui m’ont permis d’aboutir à des articles dont je suis assez fiers. Ceux-ci me semblent intéressants car assez complets et détaillés : Article sur Gennus, sur Brozer ou mon entretien avec Pierre-Marie Charvoz (du conseil général de Savoie). Finalement j’ai également réussi à trouver de l’inspiration pour suivre les geneathemes de @gazetteancetres. Cette période m’a aussi permis de bien comprendre que lorsque l’on publie des articles pas trop mal fichus, et bien les visiteurs reviennent. ;-)

Enfin depuis ma prise de poste à l’Hôpital Cardio de Lyon, je n’ai plus une minute à moi, à part peut-être un 8 décembre au soir pour écrire quelques articles. L’hommage que je souhaitais faire aux poilus en novembre n’a finalement été qu’une ébauche, un premier coup de crayon à un projet qui me tient à cœur. Mon tableau d’honneur des Morts Pour la France de la généalogie genBECLE.

Sans titre-2

Ainsi au total, vous aurez lus (du 8 décembre 2012 au 7 décembre 2013) 45,357 pages pour un total de 737 heures passées sur le site. Ce qui est mieux que l’année passée.

Le bilan de mon arbre généalogique

J’ai fait cette année pas mal de découvertes. Je continue activement a recenser tous les Bècle de France que je découvre dans les actes, ou sur les sites internet de partage. Aujourd’hui j’en ai plus de deux cents dans mon arbre ou dans mes cahiers. Mais je n’ai toujours pas le premier d’entre eux, mon objectif, le SOSA ultime.

Je continue d’enquêter sur la maison de famille, La Sauvage, et de lister tous ses secrets. Elle a des choses à raconter cette maison. Et toujours un lien de parenté à retrouver.

Prise de Vue de La Sauvage

Prise de Vue de La Sauvage

Mon arbre continue de bien grandir, à son rythme, mais j’en suis heureux, et c’est bien là le principal.

Mon premier achat d’un logiciel de généalogie

Avec la sortie de Heredis 2014, j’ai fait mon premier achat généalogique. J’ai acheté le logiciel le jour de sa sortie. Finalement, avec les articles que j’ai écrit, j’ai été le premier (et peut-être le seul) à me convaincre moi-même.

Page d'accueil d'Heredis 2014

Page d’accueil d’Heredis 2014

J’utilise Heredis depuis la version Heredis 9 (datant de 2006) en version pro et pourtant c’est la première fois que je l’achète. J’avoue ne pas être la cible parfaite des éditeurs de logiciels sachant que je n’avais jusqu’ici pas beaucoup de sous et que je trouvais facilement des solutions pour cracker ces logiciels (qui sont loins d’être inviolables). Néanmoins, en octobre j’ai franchi le pas et j’ai acheté Heredis, comme une récompense de leur travail pour ces 7 dernières années. Et parce que j’aime le logiciel. Et parce que j’en ai marre de devoir le bidouiller pour l’utiliser. Et surement parce que je commence à me faire un peu vieux. ;-)

La transformation de ma généalogie nomade

Mon carnet noir de recherche, fidèle allié depuis 2013.

Mon carnet noir de recherche, fidèle allié depuis 2013.

Je n’ai plus de smartphone Android, ni d’iPhone depuis la fin d’année 2012. J’ai donc commencé 2013 sans smartphone et je me suis mis au carnet noir, très sympa, tellement pratique et agréable à lire que je ne reviendrai pas en arrière.

Depuis quelques semaines j’ai un Windows Phone 8 qui est également beau et efficace, mais je ne pense pas m’en servir pour mes recherches (surtout que les applis de généalogie ne sont pas légions). Il me servira par contre comme l’iPhone à l’époque pour enregistrer mes discussions avec ma grand-mère.

Enfin, si tout va bien, je devrai bientôt avoir une nexus 7 , alors peut-être que ça changera la donne. En tout cas je ne manquerai pas d’en parler ici.

Le #CopyrightMadness du centenaire de la grande guerre

1908 - Auguste Bècle - Détail du portrait

Il faut aussi établir les points noirs de 2013. On en avait déjà parlé il y a quelques temps avec l’affaire Henri Crozier mais le centenaire de la première est aussi le centenaire du business. C’est ainsi que le descendant de Louis Baschet, dirigeant de l’illustration, m’a fait savoir par mail que je ne pourrais utiliser le mot « L’Illustration » dans mes articles ni reproduire les scans des photos de mes ancêtres pour les diffuser sur le blog. On considère en effet que Louis Baschet est l’auteur du document et que donc celui-ci appartient à l’Illustration pendant encore quelques années.

Cela étant, je possède de mon côté les originaux des photos envoyés par ma famille à l’Illustration à l’époque et je peux retrouver la liste des cités et de leurs citations à l’ordre de l’armée autre part que dans les journaux de l’illustration, donc il me semble que je suis en droit de les reproduire sur ce blog.

La déception des starts-up françaises

8741095958_bfd2112c1a_z

Je parle beaucoup des nouvelles technologies dans ce blog, parce que cela m’intéresse tout particulièrement. Mais je dois dire que l’année 2013 n’aura pas été franchement une bonne année pour celles-ci.

En effet, Cette année ont été annoncées Gennus.org et Brozer.fr mais, après un teasing cet été très prometteur, on attend encore de pouvoir utiliser ces produits. Si l’arbre généalogique universel semblait proche via ces deux idées, le délais d’exécution semble si long que nous ne verrons peut-être jamais ces services. Dommage mais il ne faut pas désespérer.

Du côté de la cartographie, geneatlas.fr a définitivement fermé ses portes pendant que genearth ne semble pas avoir évolué depuis 2012. Cependant il existe de nombreuses et belles alternatives à la cartographie généalogique.

Enfin, notons la mise en vente d’oncledamerique.com ainsi que la reprise d’histographe par herodote.net. Ça ne va donc pas si fort que ça pour les starts-up française de généalogie et d’Histoire.

Espérons que 2014 soit l’année d’éclosions de services prometteurs. J’y crois, je l’espère.

détail plan la sauvage

Créer une cartographie devient vraiment facile avec Google Maps Engine Lite

Créer une carte sur laquelle figure les migrations de mes ascendants Bècle est un de mes projets généalogique sur lequel je travaille depuis un moment. Ce projet n’est pas fini, je suis en train de rentrer dans ma base de données de nombreux « nouveaux » Bècle.

Néanmoins, j’ai commencé à étudier les possibilités de représentation de ma généalogie sur une carte depuis que GeneAtlas est mort. Il y a plusieurs très bons articles à ce sujet dans la blogosphère :

Et certainement d’autres que vous pourrez me proposer en commentaire.

Avec la sortie d’Heredis 14, j’attendais beaucoup du module migration qui me permet de justement travailler cette thématique mais j’ai été déçu du rendu qui ne se fait que sur quelques générations. Je voulais un parcours plus ambitieux, sur plusieurs générations, simple de création et de saisie, précis, exportable et exploitable.

J’ai choisi Google Maps.

Google Maps permet depuis longtemps de créer ses propres cartes grâce au bouton « mes adresses ».

01 - Mes adressesMais maintenant, cela emmène directement sur Google Maps Engine Lite, qui est une web application complète de création de cartes. Elle permet notamment d’importer des fichiers Excel directement. Ce qui pour les généalogistes est intéressant car tous les listings créés par Heredis s’ouvrent sans problèmes sur Excel (via la fonction exporter puis un simple copier-coller).

Voici mon exemple : la liste éclair des Bècle, triée selon la date de première apparition dans la commune (DEBUT). On voit que les plus anciens Bècle sont apparus en 1753 à Neublans-Abergement. Si je ne remonte pas plus haut pour le moment, c’est la faute aux AD39 qui ne se mettent pas en ligne. Et de la mienne qui ne prend pas le temps d’aller faire un voyage généalogique dans le Jura. Mais passons.

02 - liste eclair excelIl suffit d’importer ce fichier Excel très simplement dans Google Maps Engine Lite. Cela se fait si rapidement que je n’ai même pas eu le temps de faire une capture d’écran de l’import en cours.

03 - importerLors de l’importation du tableau, il faut choisir quelle colonne correspond au lieu à placer sur la carte (dans mon exemple, on pourrait prendre tout à la fois le Code postal, ou la Commune). Je choisis la colonne COM (commune).

La deuxième question qui surgit est quelle est la colonne qui correspond au titre de l’onglet, de la « puce ». On peut encore une fois choisir celui que l’on veut. J’ai choisi le nom de famille.

0405

Parfois quelques erreurs surgissent dans la saisie du nom des communes : ce sont les différences entre la base de données d’Heredis et celle de Google. Google pointe du doigt les erreurs et il n’y a plus qu’à les corriger. Dans mon exemple, il ne comprend pas que l’Abergement Saint Jean est Abergement-Saint-Jean.

Je lui fais comprendre.

06 - Erreur

07 - Erreur

La cartographie est simple, belle, mais surtout exploitable selon les données rentrées dans le tableau. Pour moi, ce qui m’intéresse, c’est de connaître la migration des Bècle, donc de hiérarchiser les puces en fonction de la première date où un Bècle est notifié dans cette commune. Je vais donc hiérarchiser mes communes en fonction des dates de DEBUT. Cela se fait dans l’onglet « Style » qui permet de changer le motif et la couleur des puces. Le mieux pour moi est de hiérarchiser le style par « plages » et je choisis la colonne DEBUT pour les différentes plages.

08 - Rendu

09 - styleLe résultat est très satisfaisant, mais surtout exploitable, modifiable, je peux rajouter des colonnes dans l’éditeur de tableau, ou même modifier les dates et ma carte se modifiera automatiquement.

Cette carte utilise le fond de Google Maps, mais propose également d’autres fond intéressant pour une exportation ou une impression. Elle est également exportable sur Google Earth. Et du coup on peut l’utiliser avec les cartes de Cassini.

Je peux même l’intégrer dans un article de Blog ;-)

exporter

Heredis 2014 améliore surtout la recherche

Heredis sera présenté demain 16 octobre 2013. Tout ce qui est présenté dans cet article n’est pas officiel mais reste le fruit de mes recherches. Cet article ne bénéficie que du crédit que vous voudrez bien m’apporter.

La Recherche devient importante sous Heredis 2014

La recherche ne bénéficiera plus seulement d’une petite palette à gauche de l’écran mais carrément d’un onglet central. Cela signe l’importance que prend le domaine de la recherche dans la conception du logiciel.

Pour chaque individu, la recherche sera à la fois menée en local (donc sur notre fichier de généalogie) et sur le web. Concernant la recherche sur le web (la fameuse ouverture sur internet), Heredis promet plusieurs « opérateur de recherche » partenaires. Ainsi, la recherche sera menée à la fois sur Heredis Online mais également sur tous les sites qui auront bien voulu nouer un partenariat avec le leader français du logiciel de généalogie. Un témoignage d’utilisateur mentionnant geneanet comme opérateur de recherche nous pousse à imaginer que nous n’aurons plus besoin de quitter Heredis pour chercher des informations sur les principaux sites web de généalogie. Les recherches pourront être affinées en fonction des critères des opérateurs de recherche (par exemple, on pourrait sélectionner tous les critères de recherche geneanet directement depuis Heredis). Les résultats quant à eux s’afficheront sur une page web ouverte dans le navigateur.

Les recherches ne se feront pas que sur des individus. Mais également sur des branches entières. En fait, visiblement, nous pourront mémoriser des branches sur lesquelles nous travaillons souvent pour revenir facilement dessus. Il sera possible de mener des recherches directement sur des branches, donc sur un individu dans son contexte.

La création de branches sous Heredis 2014

La création de branches sous Heredis 2014

Il faut aussi noter la création d’un onglet « Tâches », qui nous permettra de nous organiser efficacement dans nos recherches généalogiques. L’affichage des tâches sera modulable en fonction de l’individu central et des critères sélectionnés. Cet onglet, associé au nouveau module de recherche, permettra d’être plus efficace dans nos recherches.

Ce qui serait vraiment intéressant, c’est que les versions mobiles d’Heredis puissent bénéficier également de la fonction « tâches » afin de donner un élan mobile à la recherche. Sinon, les utilisateurs préféreront toujours d’utiliser un gestionnaire de tâche tiers (Evernote, ToDo list, etc.) qui sera disponible sur tous les supports.

Taches

Sachez toutefois qu’a priori, les fonctions « tâches », « rechercher dans les sources », « médias » et « lieux » ne seront disponibles que pour les utilisateurs de la version pros.

Même si ces améliorations sont intéressantes, on reste cependant loin des technologies que propose MyHeritage en termes de recherche. Les fonctionnalités web associées à un logiciel puissant et un tout nouveau partenariat avec FamilySearch placent MyHeritage toujours bien devant.

Heredis Online ne permettra pas de modifier son arbre

Heredis Online ne sera qu’un hébergeur et visionneur d’arbre en ligne. Pas un logiciel en ligne. Donc on ne pourra pas modifier son arbre depuis le navigateur. Il remplace simplement planete-genealogie et bénéficiera de la marque « heredis ».

C’est vraiment dommage. Heredis propose un bon logiciel de généalogie sur ordinateur, des applications mobiles convenables mais il faudrait à mon sens encore se moderniser. Je pense que l’avenir du logiciel en général et donc d’Heredis en particulier passe par une présence sur tous les supports, de manière équivalente. Cela signifie que BSD Concept doit proposer une application web, une application ordinateur, une application mobile en synchronisation permanente, via le cloud. Pourquoi ? Parce que le généalogiste est mobile, et qu’il a besoin de travailler de n’importe où et parce que le généalogiste fait un travail de fourmi et qu’il ne doit pas s’éparpiller, ses recherches doivent être centralisées. Heredis devrait tout centraliser sur un fichier et être disponible de partout. Tout le temps. Là encore, la concurrence anglo-saxonne a une belle longueur d’avance.

Sinon le design, comme souvent sur les sites internet d’Heredis, est soigné, clair et agréable. Je pense héberger mon arbre chez eux, pour voir dans un premier temps si le service est performant.

Heredis Online

Synchronisation entre deux périphériques : pas de Cloud

La synchronisation entre les devices se fait toujours via le wifi (cela signifie que les deux périphériques doivent être connectés au même réseau wifi) ou par USB. Donc toujours pas de synchronisation en passant par le Cloud (qui permet de stocker sa généalogie sur internet et de la télécharger quel que soit le réseau du périphériques : mobile, wifi personnel ou wifi de la salle de lecture).

Là aussi, c’est une ébauche de nouveauté mais on a le sentiment désagréable que ce n’est pas fini. Il faut vraiment passer sur un logiciel de 2013, avec un fichier maître dans le Cloud et des versions locales qui modifient le fichier maître pour que tout soit toujours à jour, et simple. Surtout. Pour faire bien, faire simple.

Alors pourquoi Heredis ne franchit pas la frontière du Cloud ? Le premier élément de réponse qui m’apparaît est que le Cloud fait peur aux utilisateurs d’Heredis (qui ne sont pas tous de la génération Y) et que l’utilisateur moyen d’Heredis (qui ne lira pas ces lignes) préfère avoir tout en local, car il aurait avec le cloud la sensation d’être dépossédé de son travail.

Environnement Graphique

Si le bleu est la couleur dominante d’Heredis 2014, l’environnement n’est pas vraiment modifié. On confirme la possibilité de changer de thème (donc de couleur de l’environnement) mais globalement, on ne sera pas surpris par le logiciel.

Page d'accueil d'Heredis 2014

Page d’accueil d’Heredis 2014

L'onglet Saisie.

L’onglet Saisie.

L'onglet Famille, amélioré mais similaire.

L’onglet Famille, amélioré mais similaire.

Le business model

Le business model ne changera pas. Pas d’abonnement à prévoir pour l’utilisation de la suite logicielle. On reste avec l’achat d’un logiciel et c’est tout. Probablement que les études d’Heredis montre que leurs clients ne sont pas prêts à franchir le pas et passer à un SaaS avec abonnement.

Au final

J’espère simplement que le principal atout d’Heredis, le confort de saisie de données, restera inégalé. C’est finalement le plus important dans un logiciel que le principal soit bien fait.

Demain sera présenté officiellement Heredis 2014. J’aurai enfin les réponses à toutes mes questions, et je pourrai enfin utiliser le logiciel. On saura définitivement ce que vaut Heredis 2014.

Lisez également les informations officielles sur le site d’Heredis et le blog de Jimbo (darverne-et-darmorique.blogspot.fr), bétâ-testeur officiel qui présentera demain le logiciel de fond en comble.

MyHeritage + FamilySearch = Super SuperSearch

Depuis quelques mois, MyHeritage propose de nombreuses nouveautés. Initiative photos,  SmartMatches™, SuperSearch, RecordMatches, RecordDetective, etc. Bon, derrière tous ces noms un peu compliqués, et qui sont plus des marques, se cachent des fonctionnalités de MyHeritage intéressantes technologiquement. Maintenant, grâce au partenariat conclu avec FamilySearch, ces technologies pourront nous proposer des données pertinentes (ce qui manquait un peu à nous autres Français).

MyHeritage est le "cool" du groupe, alors que FamilySearch est l'intello. Finalkement pas faux.

MyHeritage est le « cool » du groupe, alors que FamilySearch est l’intello. Finalement pas faux.

 

D’abord les SmartMatches cherchaient dans les arbres MyHeritage des correspondances entre individus, afin de savoir si un membre de notre arbre était présent sur celui d’un autre. Ainsi si un Claude Denis Bècle était présent dans un autre arbre MyHeritage, on me le faisait savoir.

Ensuite RecordMatches recherchait des données généalogiques pertinentes correspondantes aux données de notre arbre, quel que soit le document source (journaux, photo, stelle, …). Ainsi si une tombe mentionnant Claude Denis Bècle était dans la base de données MyHeritage, on me le faisait savoir.

Ensuite, ils ont proposé d’extraire automatiquement les informations du document pour les intégrer dans l’arbre. Puis ont proposé le RecordDetective® qui, en quelques mots, permet une fois un document trouvé sur le moteur de recherche d’aller plus loin dans la découverte en trouvant pour vous tous les autres documents en rapport, ainsi que les fiches des individus cités.

SuperSearch est une sorte de super moteur de recherche généalogique qui va chercher dans les arbres de MyHeritage, mais aussi dans les documents de MyHeritage, donc qui agrège toutes les technologies précédemment citées.

Tout cela semblait bien intéressant, mais les quelques fois où j’ai essayé de l’utiliser, il n’y avait aucune information pertinente pour le petit généalogiste français que je suis, les documents étant essentiellement anglo-saxon.

Cela sera peut-être réglé avec le partenariat entre FamilySearch et MyHeritage. Visiblement le premier est intéressé par les technologies du second, alors qu’il manque au second les données généalogiques pléthoriques du premier.

En tout cas, cela confirme l’intérêt grandissant que je porte à MyHeritage, car ils proposent véritablement une généalogie multiplateforme via le cloud, des outils de recherche qui semblent de plus en plus pertinents (il faudra voir à l’usage bien entendu) avec des données qui vont devenir intéressantes et surtout, une énergie débordante et donc régulièrement des nouveautés et des améliorations de leurs services. Un modèle à suivre pour les sociétés françaises (qui restent mes préférées =) ).

Lire aussi :

http://blog.myheritage.fr/2013/10/un-partenariat-avec-familysearch-apporte-des-milliards-de-donnees-a-myheritage/