Archives pour la catégorie 2 – Les Mariages

Les mariages

1897 - goubert & grimaud # 002

Mariage de Jacques Goubert et de Thérèse Grimaud

L’an mil huit cent quatre vingt dix sept et le quatorze janvier a

onze heures du matin. Devant nous Laque Marius, officier

d’académie, Maire et officier de l’état civil de la ville de Bollène, arrondiss-

ement d’Orange, département de Vaucluse sont comparus à l’hôtel de ville

le sieur Grimaud ((Goubert, renvois au mot rayé, lu et approuvé))  Jacques Adrien, sans profession, âgé de vingt

quatre ans révolus, né à Avignon (Vaucluse) le cinq mars mil huit cent

soixante douze ainsi qu’il résulte d’une expédition ci annexée de

l’acte de l’état civil, domicilié à Villeneuve lès Avignon (Gard)

avec son père, fils majeur et légitime de Goubert Léon, propriétaire

domicilié au dit Villeneuve lès Avignon (gard) ici présent et consentant

et de Baumet Catherine, décédée à Avignon (vaucluse) le quatorze

Août mil huit cent soixante dix huit, ainsi que le constate l’expédition

ci annexée de l’acte de l’état civil d’une part. Et la demoiselle

Grimaud Marie Thérèse Françoise, sans profession, âgée de dix

neuf ans révolus, née à Avignon (vaucluse) le onze novembre mil

huit cent soixante dix sept ainsi qu’il résulte d’une expédition ci

annexée de l’acte de l’état civil, domiciliée à Bollène avec ses père

et mère, fille mineure et légitime de Grimaud Zacharie Victor,

négociant, et de Nicolas Joséphine Marie Jeanne, sans profession,

domiciliés à Bollène, ici présents et consentants, d’autre part. Les dits

comparants procédant, le futur avec l’assistance de son père ici présent

et expressément consentant, et la future procédant avec l’assistance de ses

père et mère et ici présents et expressément consentants, nous ont requis de

procéder au mariage projeté entr’eux et dont les publications ont été

faites à Bollène les dimanches trois et dix janvier courant ainsi que le

constate le registre des actes de publications de mariage de cette commune

—–

et à Villeneuve lès Avignon (gard) les mêmes dimanches, ainsi qu’il rés-

d’un certificat ci annexé des publications de mariage délivré par l’offic

de l’état civil de cette commune. Aucun opposition au dit mariage

ne nous ayant été signifiée faisant droit à la réquisition des compara

après avoir donné lecture de toutes les pièces sus mentionnées et du chapitre

six du titre cinq du code civil relatif au mariage, nous avons demandé au

futur époux et à la future épouse s’ils veulent se prendre pour mari et

pour femme. Chacun d’eux séparément nous ayant répondu affirmativ

nous avons déclaré au nom de la loi que Goubert Jacques Adrien

et Grimaud Marie Thérèse Françoise sont unis par le mariage.

Et de même suite conformément à la loi du dix juillet mil huit cent cinqu

nous avons demandé aux époux et à ceux qui les assistent au présent mar

d’avoir à nous dire s’il a été passé un contrat de mariage, ils nous ont

répondu négativement. Dont acte. Fait publiquement en Mairie en présence

des sieurs Grimaud Paul, négociant, âgé de vingt un ans révolus, frère de

l’épouse; Grimaud Noël Léon, ancien secrétaire de mairie, âgé de soixant

dix neuf ans, aïeul paternel de l’épouse; Dalteyrac Hippolyte, bourrelier,

âgé de trente cinq ans, cousin germain de l’épouse, et Mo[...]u Alexandre,

ancien huissier, âgé de trente ans, ami commun des époux; tous les quatre

témoins domiciliés à Bollène, lesquels ont signé le présent acte avec nous

ainsi que les époux et les autres parties après lecture faite.

 

 

Argelliès & Pintard, 1749, Frontignan

1749-argellies-pintard-frontignan

1749-argellies-pintard-frontignan

L’an que dessus (1749) et le douze février après la publication des deux bans faite aux deux messes de paroisse pendant deux Dimanches consécutifs à savoir le second et le neuvième du courant sans qu’il nous aye apparût aucun empechement ni opposition
vû les lettres de mariage à nous adressées par la dispense du troisième ban en datte du onzième du courant signé Reginaldus …. montispessolani et plus bas canut sère document insinuée (Ancien terme de pratique. Inscription d un acte sur un registre faisant autorité, afin de donner authenticité à l’écriture.) et controllées au bureau des insinuations ecclesiaistiques du diocèse le onzième du courant.

vû le contrat de mariage remis par Me Jouve notaire Royal de Gigean le vingthuitième janvier dernier.

vû les trois actes de respect que M. Jean Jacques Argelliès, conseiller du Roy Lieutenant Criminel de cette ville a fait donner àM. Jean Jacques Argelliès advocat en parlement son père pour requerir son consentement au présent mariage en datte du huit, du dix-sept et du vingt trois janvier dernier duement contorollés les mêmes jours.

vû le Baptistaire (Le baptistaire, l’extrait du registre, la date d’un baptême) de Jean Jacques Argelliès par lequel il constate qu’il a passé trente ans, ont été par nous mariés et ont reçû la Bénédiction nuptiale après avoir pris leur consentement mutuel par parole de présent Jean Jacques Argelliès, conseiller du Roy Lieutenant Criminel de cette ville, fils légitime et naturel de M. Jean Jacques Argelliès avocat en parlement et de feue dame Marguerite Cledes d’une part et dame Marie-Anne Pintard fille légitime et naturelle de M.Charles Pintard bourgeois de cette ville et de feue dame Margueritte Fernadion dautre part.

Au mariage les Pastier ont procédé avoir l’époux comme majeur de plus de trente ans et après avoir requis le consentement de son père par trois actes de respect ci-dessus mentionnées, la mère étant morte dans cette paroisse comme il conste par nos Registres et l’épouse avec le consentement et assistance de son Père, la mère étant morte dans la paroisse de la ville de Cette.
ont été présents M Jacques Lombard, capitaine chatelain de cette ville; M. Jean Etienne Argelliès avocat; M. Jean Argellièsbourgeois; et M. Jacques Clèdes Boulanger, tous de cette ville. Signés avec l’époux, l’épouse, le père de l’épouse et autres parents et amis et nous prêtres et curé

Denis Bècle & Jeanne Baptiste Faivre, 3 Floréal an XIII

Du troisième jour du mois de Floréal à trois heures du soir, l’an treize de la République Française 1805.

ACTE DE MARIAGE de Denis Bècle

Agé de vingt un ans, né à Neublans, département du jura, profession de couvreur à paille demeurant à idem fils majeur de Jean Pierre Bêcle profession de idem demeurant à idem et de feu jeanne perron profession en son vivant tailleuse demeurant à idem.

Et de jeanne Baptiste Faivre âgée de vingt-deux ans, née à Neublans demeurant à idem département du jura fille majeure de feu Denis Faivre en son vivant profession de cultivateur demeurant à idem et de Françoise Jailliez profession néant demeurant à idem.

Les actes préliminaires sont extraits des registres des publications de mariage faites à Neublans les dimanches dix et dix-sept germinal dernier sans oppositions quelconques. Le consentement de Jean Pierre Bècle audit mariage, père de l’époux et celui de Françoise Jailliez mère de l’épouse, lesquels sont tous d’accords.

L’acte de naissance de l’époux en date du trente un décembre mil sept cent quatre-vingt-trois, celui de l’épouse du treize avril mil sept cent quatre-vingt-trois le tout en forme ; de tous lesquels actes il a été donné lecture par moi, officier de l’état civil, aux termes de la Loi.

Lesdits époux présens ont déclaré, savoir ; ledit Denis Bêcle qu’il prend ladite Jeanne Baptiste Faivre pour sa femme, et celle-ci, qu’elle prend ledit Denis Bêcle pour son mari.

En présence de Jean Pierre Bêcle, père de l’époux demeurant à Neublans, profession de couvreur à paille âgé de cinquante-deux ans,

De Jean Perron, demeurant à idem, profession de cultivateur, âgé de quarante-neuf ans

De Denis Faivre, demeurant à Neublans, profession de idem cultivateur âgé de trente-six ans

Et de Claude François Cointot demeurant à idem, profession de idem âgé de vingt-cinq ans.

Après quoi moi, Jean Anatole Gey, Maire de Neublans faisant les fonctions d’officier de l’état civil ai prononcé au nom de la Loi que lesdits époux sont unis en mariage : de tout quoi j’ai à l’instant dressé le présent acte, dont j’ai fait lecture aux parties. Elles l’ont signé avec moi, ledit maire. « 

Zacharie Victor Grimaud et Joséphine Marie Jeanne Nicolas, 1867, Avignon

Zacharie Victor Grimaud et Joséphine Marie Jeanne Nicolas, 1867, Avignon

Zacharie Victor Grimaud et Joséphine Marie Jeanne Nicolas, 1867, Avignon

L’an mil huit cent soixante-sept et le neuf mai à dix heures du matin ; devant nous émilien Dufour commandeur de la légion d’honneur et adjoint délégué du maire pour l’état civil d’Avignon, Vaucluse, ont comparu dans la maison commune le sieur Victor Zacharie Grimaud, employé de commerce, âgé de vingt un an révolus, né à Mazan, Vaucluse, le deux novembre mil huit cent quarante-cinq, selon l’acte de naissance qu’il nous a remis, domicilié en cette ville d’Avignonrue Saint-Jean le vieux, 24, fils majeur et légitime de Noël Léon Grimaud, secrétaire de Mairie et de Marie Anne Delphine Carias, sans profession, domiciliés à Sarrians, Vaucluse, ici présents et consentants ;

Et la demoiselle Joséphine Marie Jeanne Nicolas, épicière, âgée de vingt-neuf ans environ, domiciliées et née en cette ville le vingt-quatre mai mil huit cent trente-huit, inscrite le vingt-six du même mois sur nos registres sous le n° 590, fille majeure et légitime de feu Jean Louis Nicolas, maçon, décédé en cette ville le vingt-quatre janvier mil huit cent soixante-deux et de Marie Victoire Fouque, sans profession, ayant même domicile sus cité, ici présente et consentante;

Lesquels nous ont requis de procéder à la célébration du mariage projeté entre eux et dont les pulications ont été faites devant la principale porte de cette mairie : les dimanche vingt-huit avril dernier, et cinq du courant et à Sarrians les mêmes jours.

[…]

Les parties interpellées nous ont déclarés n’avoir passé aucun contrat devant notaire.

Nous avons dressé acte en présence des sieurs Pierre Gautier, maître d’hôtel, âgé de vingt-deux ans ; Hippolyte Raynaud, …, âgé de quarante-cinq ans, beau-frère du marié, Laurent Abeille, luthier, âgé de quarante-cinq ans, beau-frère de la mariée et joseph Fouque, négociant, âgé de vingt-sept ans, cousin germain de la même, domiciliés en cette ville, avons figuré avec les mariés, le père et les témoins, sans les autres qui ont dit ne le savoir, après lecture faite.