Geneanet a publié il y a quelques jours son application pour Android, celle pour iOS devant suivre sous peu. Même si celle-ci est aujourd’hui simplement une application de consultation de l’arbre envoyé préalablement sur leur site geneanet.org, il est évident que d’ici quelques mois cette application permettra de modifier son arbre, de l’enrichir, d’ajouter des photos et deviendra un véritable logiciel de gestion de sa généalogie pour smartphones et tablettes.

Avant : des domaines distincts, des produits bien différenciés

Un logiciel de généalogie local ? Tellement 1998.... Place à la généalogie 2.0 (capture issue du forum BSD pour tous)
Un logiciel de généalogie local ? Tellement 1998…. Place à la généalogie 2.0 (capture issue du forum BSD pour tous)

Il est intéressant de remarquer que depuis quelques années on assiste à un changement très rapide dans le monde des nouvelles technologies. Les frontières sont brisées, les domaines d’activité se superposent, doucement mais surement. Avant, nous avions un ordinateur sur lequel on installait :

  1. des logiciels applicatifs (notamment de gestion de généalogie) et
  2. un navigateur qui nous permettait également de consulter des sites web de partage de données (comme Geneanet).

On distinguait alors bien les différences entre les logiciels comme Heredis et les sites de recherche et de partages de données comme Geneanet. Et ce d’autant plus que l’ordinateur n’était pas connecté en permanence à internet. Chacun avait sa place, et se développait dans son domaine d’activité.

L’arrivée de l’iPhone change la donne en 2007

Les apps mobiles révolutionnent notre façon de consulter internet, mais par leur philosophie, également notre façon de faire notre généalogie.
Les apps mobiles révolutionnent notre façon de consulter internet, mais par leur philosophie, également notre façon de faire notre généalogie.

Mais l’arrivée de l’iPhone en 2007, puis des smartphones Android performants et de l’iPad en 2010 ont tout bousculé en peu de temps. Maintenant, nous avons différents devices (smartphones, tablettes, ordinateurs) qui sont en permanence connectés à un internet toujours plus performant et rapide. Et surtout, le modèle économique représenté par les Apps (ces petits logiciels qu’on installe sur nos smartphones et tablettes) tend à s’imposer également dans le monde des ordinateurs de bureau avec windows 8.Et cela a plusieurs conséquences :

  1. Les sites internet deviennent de plus en plus efficaces et proposent de véritables logiciels en lignes (que l’on nomme webapps) : on n’a parfois plus besoin de logiciels applicatifs installés sur son ordinateur puisque ceux-ci sont disponibles en ligne. Les plus connus sont notamment les webapps de gestions d’emails comme Gmail ou la suite créative Google Documents
  2. Les sites internet de tous bords proposent des applications mobiles (facebook, twitter, mais aussi geneanet) qui sont de véritables logiciels pour smartphones et tablettes, et bientôt pour PC. Ainsi, certains site ne se consultent que via des Apps mobile (comme news republic), et le trafic internet mondial via mobile explose au point de dépasser parfois les ordinateurs de bureau. Les applications mobiles révolutionnent notre façon de consulter internet, et aussi notre façon de faire notre généalogie.
  3. Les éditeurs de logiciels se doivent de proposer leurs logiciels pour les mobiles : les anciens logiciels pour PC sont donc obligés d’être connectés en permanence à internet pour synchroniser leurs données. Et ce faisant, ils investissent dans des sites de partage de données (comme planete-genealogie.fr).

Et ainsi nous avons des sites internet comme Geneanet qui empiètent le marché du logiciel de généalogie (que ce soit via les applications mobiles ou via leur arbre en ligne propulsé par geneweb) et des logiciels de généalogie comme Heredis qui ont besoin de se développer dans les technologies internet pour proposer leurs applications sur mobiles et empiètent sur le marché des sites de recherche et de partage de données en ligne.

Le futur, la convergence

Dans un avenir proches Geneanet, MyHeritage, BSD Concept (Heredis), Généatique (CDIP), FamilySearch ou Ancestry, pourtant issus d’univers différents, proposeront les mêmes services, et nous devront nous, généalogistes amateurs et professionnels, choisir et sélectionner les plus innovants, les plus performants et ceux qui évolueront le plus rapidement. Et à ce jeux là, je pense que les mammouths-éditeurs de logiciels BSD Concept et le CDIP vont y laisser des plumes s’ils ne se mettent pas à jour plus vite. Cela fait des années que leurs modifications annuelles ne sont qu’esthétiques, ou presque. Il va falloir faire quelque chose pour espérer continuer à exister dans une dizaine d’années mesdames et messieurs les éditeurs.