genBècle

Blog Généalogique depuis 2010

Réflexions, Tech

genealogie.com devient filae.com avec l’indexation de l’état civil du XIXè siècle

J’ai été, comme Brigitte1, invité par Toussaint Roze à découvrir hier le renouveau de genealogie.com. Malheureusement je n’ai pas pu m’y rendre (Paris, travail, tout ça…) mais j’ai suivi avec intérêt sur twitter la présentation des nouveautés et j’ai pu avoir le 7/12/2016 Toussaint Roze au téléphone pour parler de Filae.

Filae, un nouveau nom pour l’international ?

La première chose qui change, c’est le nom.

  • genealogie.com
  • filae.com

Est-ce une volonté de se séparer de l’image de genealogie.com, perçu dans la communauté généalogique dans mon esprit comme une entreprise plutôt à destination des débutants, avec une déontologie très modérée, un esprit bagarreur2 et une ambition mercantile de premier plan, donc très négative et à l’opposée de ce que véhicule geneanet (son premier concurrent) presque « associatif » dans mon esprit (même si, sur twitter, j’ai été sévèrement retoqué dernièrement3 ) ?

Est-ce une volonté de mieux identifier l’entreprise (filae est une entreprise, genealogie une pratique) ?

Est-ce une volonté d’expansion à l’international avec une marque disponible (genealogy.com appartient à Ancestry), plus identifiable, avec un nom pouvant être prononcé partout ?

Je pense qu’il s’agit un peu de tout ça. Un nouveau départ pour une nouvelle vie. Créer un produit, filae, facilement identifiable et pouvant permettre un développement à l’international, ou au moins faire venir facilement des internautes étrangers (avant, pourquoi pas, de proposer des données étrangères).

Evidemment, le référencement exceptionnel qu’apporte le nom de domaine genealogie.com (tapez généalogie sur Google…) sera, conservé pour les néophytes, et pour apporter un flux de clients potentiels. D’ailleurs, l’approche de Toussaint Roze est toujours de cibler les débutants en simplifiant le démarrage des recherches, et d’élargir le nombre de généalogistes en France.

Un site web moderne, simple, et fluide

Par rapport à genealogie.com, le site s’est considérablement simplifié. Exit tous les encadrés moches de partout, le menu compliqué. Désormais, le site est propre, le menu est simple, l’accent est mis sur la barre de recherche. Le site est rapide, il n’y a aucune publicité (en tout cas je n’en ai pas vu) et il me plait. Indéniablement, il est beau et efficace. Il est so 2016.

filae-com-confirmation-d-abonnement

Le contenu

Les données disponibles chez filae sont : 1) les données issues des arbres en ligne, 2) les données issues des associations de généalogie mais surtout 3) les données issues des archives départementales en ligne. Pour faire simple, filae a copié toutes les images diffusées par les archives départementales en ligne (il n’y a donc pas tout l’Etat civil, parce que des départements résistent), les a nettoyées des mentions marginales (la CNIL est stricte là-dessus), a indexé le contenu (nom, lieux, dates) en faisant un lien directement sur le mot-clé (si je tape ‘becle’ dans le moteur de recherche, il m’envoie directement sur le ‘becle’ dans l’image de l’acte), a stocké toutes les images sur ses propres serveurs et a mis en place un viewer pour les diffuser.

En somme, ils ont fait ce que j’attends depuis longtemps que les archives fassent4 (depuis 2011 quand même) : une centralisation des actes en ligne français, une indexation efficace, un moteur de recherche performant pour retrouver les actes, le tout dans une interface unique, simple, fluide et efficace.

Seulement, j’aurais aimé que ce soit fait par un acteur public…

recherche-3

Un tel travail a été probablement entrepris depuis de longues années (bien avant la directive de décembre, on y reviendra) car il est colossal. 100 000 000 d’images, nettoyées des mentions marginales, indexées, avec une repère visuel sur chacune d’elle pour que le nom recherché renvoi directement au bon document, stockées, puis visualisées avec rapidité : cela demande un investissement humain, financier et matériel important. Il faut quand même féliciter filae de ce travail d’indexation assez remarquable.

Evidemment, on peut se poser la question de l’aspiration des données des archives en ligne, pas très éthique d’une certaine manière, même si légal au vu des dernières lois françaises.

C’est surprenant, mais légal

Dans les documents de présentation (communiqué de presse, présentation, articles de blog), l’accent est mis sur la légalité de ce procédé (loi Valter5 surtout, correspondant à la directive européenne PSI). On sent qu’ils souhaitent anticiper toute polémique concernant la légalité du procédé. Je ne suis pas juriste, mais voilà quelques éléments :

Depuis la directive européenne PSI6, filae a anticipé l’arrivée en France d’une loi sur l’Open Data qui existe maintenant depuis 2015 (loi Valter7 et loi Lemaire8 ). En gros, ces lois sont l’application de la directive européenne et disent 1) que les données publiques sont gratuites 2) qu’elles sont réutilisables gratuitement ou contre une redevance dont le montant est encadré par la loi. Les anciennes licences sont donc caduques avec, de principe, la gratuité et l’absence de licence pour réutiliser les données publiques. Maintenant, une discussion peut être faite avec chaque service d’archive en ligne pour en signer une nouvelle. On verra dans le futur comment cela va évoluer. Lire à ce sujet l’excellent article ci-dessous.

Une énorme faille dans la loi Valter sur les données culturelles ?
Publié le 13 déc. 2016 par CALIMAQ sur S.I.Lex

Sur le plan légal, c’est pour le moment cadré. Mais c’est vrai que sur le plan déontologique, l’aspiration des données est… étonnante. Je suis sur qu’elle fera parler.

Une « ubérisation » de la généalogie ?

Elle a d’ailleurs déjà fait parlé en réalité (l’article évolue au fil des publication du web…) : Thomas Robert évoque sur son site une ubérisation de la généalogie9. J’ai plutôt l’impression que c’est une netflixation ou une spotifyxation de la généalogie : un abonnement de 6 euros par mois (c’est moins que le précédent abonnement à genealogie.com), pas de publicité, toutes les données des AD en ligne indexées. Effectivement, c’est radical. Un principe qui n’est pas sans rappeler l’indexation du recensement américain par les grands groupes de généalogie10. Radical pour des français donc, mais finalement pas nouveau pour le monde de la généalogie.

Par contre je n’aime pas l’idée de renseigner mon numéro de carte bancaire avant même de pouvoir essayer gratuitement l’application. Ce concept que j’ai aussi retrouvé chez Uber me dérange profondément. Vraiment. Il accentue l’esprit mercantile, et cette image là n’était déjà pas le point positif de genealogie.com.

La suite ?

Dans mon esprit, la suite est simple : poursuivre ce travail les données plus anciennes, puis progressivement les autres documents déjà mis en ligne par les archives départementales. On rappelle d’ailleurs ici qu’Archimaine, qui numérise des données des AD pour les mettre en ligne, appartient à… filae.

L’idée de Toussaint Roze est d’être complémentaire des AD en ligne : l’index et la simplicité sont les deux valeurs ajoutées payantes de filae. Chacun verra s’il estime que ces deux valeurs ajoutées méritent l’abonnement. Je le pense. Cela dit, je pense aussi qu’il est toujours possible de réaliser un portail équivalent mais public par l’essor du collaboratif : cela prendra du temps, c’est vrai, mais je suis sur qu’on y viendra.

Mon avis

  1. 🙂 car ce site est moderne, simple (et Dieu sait si j’aime la simplicité en informatique), rapide, efficace et beau.
  2. 🙂 parce que c’est un acteur Français qui a effectué ce travail (on aurait pu avoir ce jour la présentation du même service par Ancestry ou MyHeritage).
  3. 🙂 parce que c’est ce dont je rêve depuis 2011, et que j’ai déjà décrit à l’époque dans un article11.
  4. 🙁 parce que je pense que ce type de portail devrait être réalisé par le service public.
  5. 🙁 parce que je n’aime pas devoir rentrer mon code de carte bleu avant d’utiliser un service gratuit. J’ai l’impression de me faire avoir.

Enfin, ce que j’ai déjà dit ailleurs, retenons aussi que la généalogie est personnelle : chacun a sa manière de pratiquer. Pour moi, filae simplifie la première étape de la création d’un arbre (BMS / NMD) mais ne remplacera pas ce qui m’anime dans cette pratique : découvrir la vie quotidienne de mes ancêtres : qui ils sont, ce qu’ils ont vécu, leur quotidien.

Et en plus, j’aime sentir l’odeur des vieux registres.

Who’s Who ?

Filae.com, le nouveau nom de Genealogie.com

Sources et Références

  1. Filae, les ancêtres du 19è siècle à portée de clic, publié le 06 déc. 2016 sur Chroniques d’antan et d’ailleurs []
  2. Le juge, l’article 11 et les données personnelles, publié le 31 juil. 2011 sur Papiers et poussières []
  3. cf. conversation avec Rémi Mathis, sur twitter []
  4. A propos du débat sur les archives : mon brainstorming, publié le 15 mar. 2011 sur genBècle []
  5. FILAE.com, en mouvement dans les pas de la loi pour des données libres, publié le 7 déc. 2016 sur K.pratique []
  6. Directive PSI, sur Wikipedia []
  7. LOI n° 2015-1779 du 28 décembre 2015 relative à la gratuité et aux modalités de la réutilisation des informations du secteur public (1), sur Legifrance []
  8. LOI n° 2016-1321 du 7 octobre 2016 pour une République numérique (1), sur Legifrance []
  9. Filae, est-ce le début de l’ubérisation de la généalogie?, publié le 7 déc. 2016 sur Geneatom []
  10. Recensement américain de 1940 : la mise en ligne remporte un vif succès, publié le 06 avr. 2012 sur rfgenealogie []
  11. A propos du débat sur les archives : mon brainstorming, publié le 15 mar. 2011 sur genBècle []

38 Comments

  1. Nicolas A.

    Une contribution pour l’avancée du portail des archives de France. Le portail est ouvert mais encore incomplet. Ca avance petit à petit :

    http://www.rfgenealogie.com/s-informer/infos/archives/lancement-du-portail-france-archives

    Et l’adresse du portail : https://francearchives.fr/fr/

  2. madeleine

    Surprise de voir que l’on m’a prélevé 2 euros pour l’essai GRATUIT de 15 jours !!!!

  3. Manu67

    Merci pour cet article objectivement neutre, raisonnable et qui met bien en lumière la comparaison (sur un plan commercial) que l’on peut faire des deux acteurs « Geneanet » et « Filae ».

    Pour ma part, voilà plusieurs années que j’utilise Geneanet. Très vite, après découverte gratuite, j’y ai pris un abonnement premium (donc payant). Je le renouvelle depuis chaque année. Cela tout simplement parce que je suis satisfait du service apporté dans le temps. Et pour cela, il m’a bien fallu l’évaluer tranquillement ! Personne ne m’a « forcé la carte bleue » !

    Dans le même temps, dans mes recherches, je suis naturellement arrivé sur le site de Généalogie.com (devenu Filae …).
    Pour moi, cela a très vite été un rejet inconditionnel dès lors que mon numéro de carte bleue m’était demandé pour un essai gratuit !
    J’ai trouvé ce procédé indigne, à la limite de l’insulte !

    Si, avant d’acheter une voiture (ou même un vélo …) vous souhaitiez l’essayer, mais qu’avant, en préambule, on vous demandait votre numéro de carte bleue ! Vous réagiriez comment ?

    Et bien voilà, vous avez tout compris, et les responsables marketing de Filae rien du tout. Ce procédé tout simplement irrespectueux.

    Pour le reste de l’article (et des commentaires …), je suis globalement entièrement d’accord avec tout ce qui a été dit.
    Bonne synthèse de la situation.

  4. Loic

    Bonjour
    Entièrement d’accord avec vous une volonté publique forte dans la République qui nous abrite doit nous être proposée. Il s’agit quelque part d’un droit d’héritage.
    Je suis moi même client de geneanet, ai été client de généalogie.com, suis partenaire d’association de généalogie départementale, et partage mon arbre généalogique .
    J’aurai souhaité tout comme vous pouvoir utiliser un outil issu d’un travail collaboratif Public. Comme vous je ne perds pas l’espoir mais le temps ne joue pas pour et il faudra ensuite réussir à convaincre les adeptes du privé à collaborer gratuitement avec le public, ce que nous faisons actuellement contre finances trébuchantes (c’est paradoxal) avec le privé….
    Bref nous devons nous consommateurs exiger le droit au test préalable avant de devoir saisir nos numéros de cartes bleues (pour ma part j’ai une solution, je mets un numéro virtuel associé à un montant de quelques € valable 1 mois). De même en tant qu’acteur nous mêmes et partenaires car dépositaires de nos propres données, nous devrions bénéficier d’un prix préférentiel, tout du moins la première année c’est une notion de partage…. Mais je rêve c’est Noël !!!

  5. HOME

    BOUCHARD

  6. TOMI Franck

    Bonsoir,

    Je ne pense pas que tous les sites d’archives ont été aspirés car sur Paris les vues correspondent à un nombre de pages différents du site originel.

    Sinon je partage beaucoup vos avis, et je n’aime pas l’hypocrisie de beaucoup d’acteurs de la généalogie dont des associations qui l’utilisent pour chercher les égarés dans d’autres régions et d’autre part affirment que l’on fait travailler les petits malgaches. Si ce n’est pas bien ou pas éthique, on n’utilise pas.

    • Oui, et surtout on ne fait pas de la publicité pour les associations en tapant sur le voisin. On fait de la publicité pour les associations en proposant quelque chose de novateur, de fiable, et de sympathique. A bientôt Franck !

  7. Remy

    C’est peut -être un dou blon maisje voudrais bien une reponse!

    • Alain DARQUIE

      Bonjour,

      exporter un fichier au format GEDCOM: faut chercher sur le site du coté de la gestion des arbres.

  8. Remy

    J’avais fait mon abre genealogique sur genealogie.com comment faire pour le recuperer?

    • Merci de patienter quelques instants avant de republier un message, les réponses arrivent tranquillement, mais arrivent toujours.

      Il faut aller menu ‘arbres’ >> ‘tous les arbres’ >> icone ‘paramètres’ >> ‘gedcom’ >> Exporter l’arbre.

      Au plaisir de vous lire.

  9. Alain DARQUIE

    Bonjour,

    L’assertion « filae a copié toutes les images diffusées par les archives départementales en ligne » me laisse rêveur: j’ai constaté de nombreuses lacunes notamment dans le sud-ouest.
    En outre, on constate de nombreuses erreurs: décès confondu avec naissance, patronymes mal orthographiés, voire complètement éronné, confusion entre nom d’ancienne commune et commune fusionnée, confusion entre date de l’acte et date de l’évènement…
    Bref, il faut se méfier, car on rencontre environ 10% d’erreurs, et rien pour signaler les dites erreurs.

    • Il est vrai qu’il y a des erreurs, mais surtout que l’absence de moyen de signalement est gênant. Nul doute que cela sera amélioré et peaufiné au fil du temps.
      Concernant les données manquantes, je crois qu’ils disposent de tous les actes qui ont été précédemment numérisés par les AD en ligne. Mais avec le temps, j’imagine que ça va grossir.

  10. Thuburbure

    Je trouve que, plutôt que de rémunérer des salariés à Madagascar, ils auraient pu embaucher des chômeurs en France. On en connaît plein.

    • Certes.
      Cela dit, l’entreprise reste française, avec de nombreux salariés en France, qui vivent grâce à Filae. Je suis pour ma part fier que cette entreprise soit française : on aurait pu imaginer le même travail réalisé par un acteur étranger. Et dans ce cas là, personne n’aurait été content !

  11. Tout le monde s’interroge sur le « comment » ils ont aspiré les données des sites d’archives… C’est pourtant pas compliqué : quelques lignes de commande et le tour est joué…
    J’ai commencé la généalogie il y a peu de temps et j’ai vite trouvé la plupart des visionneuses d’archives imbuvable en terme d’ergonomie : j’ai donc demandé à un proche de m’écrire une requête en ligne de commande afin d’aspirer les registres dont j’avais besoin pour mes dépouillements.
    Ainsi, je peux tranquillement indexer les recensements de population des villages sur lesquels je bosse sans avoir à m’embêter avec l’ouverture simultanée des visionneuses, la connexion internet, le formulaire plus ou moins adapté proposé par les AD…

    • Oui, j’utilisais plus jeune un petit logiciel qui aspirait tout un site et le recréait en local. C’est comme ça que j’ai appris le code d’ailleurs. En recopiant celui des autres. Tu as raison que l’ergonomie est primordiale quand le travail sera long et répété. Le confort n’est alors plus négligeable.

      PS : Ce code… il faut que tu me le files !

  12. Juste une précision, Jimbo. L’abonnement à Geneanet est de l’ordre d’une cinquantaine d’euros par an et non par mois, bien sûr. Tes doigts ont glissé trop vite sur le clavier, sans doute.
    D’autre part, je suis comme Clément, je n’aime pas donner mes coordonnées bancaires d’entrée de jeu…

    • Je pense que l’on est nombreux dans ce cas. C’est pas ‘encore’ dans notre culture du web, beaucoup plus accès sur le gratuit.

    • Effectivement, mes doigts ont bien entendu ripés. Il fallait lire 50 € / an pour Geneanet et 7 € / mois pour Filae

    • C’est pas 6€ par mois Filae ?

    • Si, je viens d’aller sur le site. j’avais pourtant lu 7€ sur Twitter. Comme quoi, toujours revenir aux sources.

      Donc pour être vraiment précis:
      Jusqu’à la fin de l’année 2016; c’est 45 €/ an pour Geneanet. Puis 50 € à partir de l’an prochain.

      Et Filae, c’est 6 € / mois si on part sur un abonnement annuel. Et 14,99 € pour un abonnement sur un mois seulement.

  13. Lini

    C’est un plaisir de lire un article et des échanges de qualité ici. Merci à tous.

    • Merci de ce gentil commentaire Lini !

    • Mac dermott

      Bonjour Clément,

      Je suis une jeune professeur des écoles je souhaite vous contacter en privé pouvez-vous me répondre par mail ?
      Cordialement
      L

  14. Merci pour la citation, on partage bien évidement la même vision sur Filae. Etant plus jeune dans la généalogie, je n’ai suivi l’histoire de Genealogie.com qu’a partir des articles de presse spécialisés (et donc moins objectif) qui ne lui sont pas très favorable!
    Ce que vient de lancer Filae est impressionnant. Réussir une indexation quasi parfaite (je pense qu’on doit avoir un pourcentage d’erreurs minime) en si peu de temps, ce n’est pas à la porté de tous. Le service public n’aurait pas pu se permettre de consacrer autant de personnel pour cette mission!
    Perso, je n’ai pas encore rentré ma CB, j’essaye en version directe, juste une inscription mail, et ça marche bien!
    Maintenant place à l’avenir et à l’évolution de ce site!

    • Je suis d’accord, même si les archives viennent d’annoncer un portail unique français pour 2017. On verra s’ils font dans l’efficace ou dans l’usine à gaz. En tout cas, pas de projet d’indexation pour le moment, mais peut-être future et collaborative ?

  15. Jean Mallon

    Le portail France-Archives, qui offrira un accès unifié à tous les inventaires des services publics d’archives, nationales comme territoriales, ainsi qu’aux images numérisées par ces mêmes services est annoncé pour bientôt (http://www.rfgenealogie.com/s-informer/infos/archives/un-portail-national-pour-les-archives-francaises-en-2016).

    Il sera une réponse à votre vœu de 2011 : un site géré par l’État (les Archives de France), donnant un accès centralisé aux ressources des services publics d’archives.

    • Mon vœux ne s’arrête pas là ! Il faut qu’il soit fluide, simple, rapide et efficace. On verra si ça marche mais merci beaucoup de la précision !

  16. Je ne suis pas d’accord sur certains des points que tu évoques ….
    Commençons par la mise en parallèle de Geneanet et de Filae. Je ne sais pas pourquoi on les oppose tout le temps. J’ai un abonnement chez chacun d’eux, et ils ne m’apportent pas les mêmes renseignements, ni le même service. Je ne les utilise d’ailleurs pas de la même façon et ca me gene qu’on les oppose constamment. Il y a peut être deux approches différentes, moi j’y vois deux equipes impliquées pour faire avancer la généalogie et la mettre à la portée du maximum de personnes. Qu’elles soient différentes est à mon avis un atout pour la généalogie française.
    Concernant le nom de Filae, je ne suis pas super fan, mais c’est un nom à portée internationale, et très clairement le nouveau service proposé va cartonner à l’étranger. Imaginez ce que tous les descendants de Français partis au 19è siècle tenter leur chance ailleurs vont découvrir aussi facilement, pour une somme modique pour eux, qui ont si souvent l’habitude de payer pour toutes les étapes de leur recherche. L’approche marketing me semble cohérente, et ca ne me gêne pas qu’on parle d’approche marketing, au contraire.
    Concernant les hésitations que j’ai lues au niveau de la carte bleue demandée pour avoir un accès, juste une question, quelle aurait été votre réaction si Filae avait lancé cette opération sans proposer d’accès gratuit pendant quelques jours ? Vous n’auriez pas eu à donner votre carte, certes, mais j’entends déjà les hurlements scandalisés 🙂 Ajoutons que cette pratique est habituelle partout sur internet, pour tout essai gratuit sur n’importe quel site normalement payant. On peut refuser ….. c’est juste la seule façon de gérer ce genre d’opération sur un site de « commerce » en ligne.
    Pour finir, je ne suis pas une fangirl inconditionnelle de l’ex genealogie.com, mais je suis persuadée que les pouvoirs publics n’auraient jamais proposé ce genre de portail national indexé. Il suffit de voir à quel point il est difficile d’indexer la base Memoire des Hommes, qui ne comporte « que » 1,4 millions de documents 🙂 et que nous ne pourrons ensuite pas exploiter librement en téléchargeant des requetes, alors que nous le public aurons fait tout le boulot. Du coup je prèfère qu’une société me facture 6 euros / mois pour m’offrir le travail prémâché 🙂
    J’ai probablement trop été infectée par la généalogie à l’américaine en fréquentant Rootstech 🙂

    • Merci de ta réaction !

      Tu as raison, il n’est pas rationnel d’opposer autant filae et geneanet. Mais on parle d’image de marque, de sensation, d’idée de la marque. Ce versant du marketing (parce que c’est de ça dont on parle, de marketing, exactement comme on peut avoir une bonne image d’EDF et moins de TOTAL) reste important. Deux entreprises privées sur la même thématique, deux images différentes. Avec l’image positive qu’a geneanet, je ne pense pas qu’ils changeraient de nom…
      Mais cela reste ma perception personnelle. Même si je sais qu’elle est partagée.

      Dans ton article, tu reviens sur l’importante vitalité des entreprises françaises de généalogie, c’est en effet au top. J’en suis ravi, après des années plutôt amorphes…

      Concernant l’insertion du code de CB avant le test, je ne suis pas d’accord. C’est même plutôt rare ! Souvent les tests gratuits le sont totalement pour accueillir le maximum de clients potentiels. Mettre un frein comme celui-ci (je suis sûr que pour certains c’est un frein) c’est que le service est puissant. C’est une marque d’assurance. C’est… Bien probablement. Mais moi je n’aime PAS DU TOUT !

      Enfin je suis d’accord avec ton dernier paragraphe : les pouvoirs publics sont probablement trop inertiques pour le mettre en place sans créer une usine à gaz.

      Au fond, on est plutôt d’accord ! Je ne vais pas te tomber dessus, tu vois !

      À bientôt.

    • Bruno Callens

      Je suis personnellement assez dubitatif…En fait, filae a profité du fait que la France était tout particulièrement en retard dans l’indexation dite « collaborative ». Il suffit d’aller sur Familysearch pour s’apercevoir que les « lots » d’actes français proposés aux indexeurs bénévoles sont pour le moins limités…Quelques villes, quelques registres. Autant dire rien..

      Et les projets d’indexation bénévoles en dehors de familysearch ne sont pas encore à la hauteur.
      Ce n’est pas le cas de beaucoup d’autres pays.

      Cela n’aura qu’un temps. Filae ne pourra pas empêcher que ses propres indexations soient réutilisées, copiées par des bénévoles car ces données ne sont pas protégeables par le droit d’auteur (seules les oeuvres « originales », c’est-à-dire reflétant « la personnalité » de leurs auteurs le sont).

      Tout cela n’aura qu’un temps…

  17. Julien Benedetti

    Bravo pour cet article surtout après si peu de temps de vie du site de Filae. Comme archiviste je retiens que nous (collectivement) n’avons pas su répondre aux attentes des généalogistes. Mais comme vous le dîtes rien n’est perdu. Et plutôt que numériser l’Etat Civil on se penchait sur des fonds utile aux généalogistes mais moins évident en début de recherche ?

    Je me questionne beaucoup sur le « comment » technique de l’aspiration des sites d’AD, ça pose question sur un plan éthique.

    Même chose pour le lien Archimaine / Filae. Plus fort que le modèle google books qui numérise gratuit pour avoir des copies, le modèle Filae qui est payé pour numériser pour récupérer des copies…

    Et sous couvert d’Open Data on voit une nouvelle encolure, même si évidemment la plus-value de l’indexation a un coût qu’il faut bien rétribuer.

    La réponse côté archivistes ? Tout libérer ? chiche !

    • Comme c’est agréable d’avoir des témoignages d’archivistes ! Je pense qu’en effet des numérisations mettant en valeur d’autres fonds plus rares, l’ouverture à l’indexation sur toutes les AD (c’est loin d’être le cas) seraient des pistes. Peut-être en effet un site national renvoyant ensuite vers chaque AD après la requête. J’ai toujours reçu un accueil extraordinaire dans tous les centres d’archives où je me suis rendu, mais il est vrai que le temps, l’argent (train, hôtel, etc.) me font préférer les archives en ligne sauf pour les centres d’archives où je peux être domicilié à côté (Paris, Sarthe).

    • Merci Julien. Mais même si tu numérises de nouvelles données, ils vont te les aspirer. Comment ? Mystère (même si j’aspirais déjà des sites avec des aspirateurs quand j’étais au lycée, nul doute que ça existe encore !).

      Enfin, le lien archimaine / filae est astucieux de leur part. Maintenant à vous de négocier pour qu’ils le fassent gratuitement en leur permettant d’utiliser les résultats ! Je ne sais pas comment ça marche, ni combien ça coûte, mais effectivement ils sont payés deux fois…

      On verra l’évolution des archives en ligne maintenant. Une autre solution : ne plus rien publier pour empêcher les sites commerciaux d’y avoir accès. Pas une bonne solution, mais je suis sur que d’autres vont y penser.

      À bientôt !

  18. Je suis globalement en phase avec l’ensemble de ton article.

    Une petite réaction toutefois, puisque tu m’y a invité sur Twitter, sur l’image que tu as sur Genealogie.com et Geneanet.
    Effectivement, je pense que tu partages celle de beaucoup, à savoir celle du « méchant » Généalogie.com qui attaquent les « gentilles » Archives Départementales qui refusent de lui donner accès à leurs images.
    Et celle du « gentil » Geneanet, limite association de bénévoles qui se pose en effet comme chevalier du gratuit.
    Je pense comme bien souvent que rien n’est tout blanc ou tout noir. Geneanet, tout comme Genealogie.com (pardon Filae), est une société commerciale. Avec des salariés, dont le travail (considérable pour nous généalogistes) mérite bien entendu une juste rémunération.
    Et pourtant, si tu discutes autour de toi, tout le monde va louer la gratuité de Geneanet, alors que la majorité de ces mêmes interlocuteurs sont membres premium et déboursent donc une 50aine d’euros par mois.
    Ces 50 euros, comme les 7€/mois pour Filae, ne sont pas usurpés. Comme dit plus haut, les salariés de ces deux sociétés méritent un salaire. Et je suppose qu’en cette fin d’année, ils espèrent tous une augmentation l’an prochain.
    Mais pour ma part, je préfère les voir suivant le même statut d’une société commerciale, qui cherche bien entendu à gagner de l’argent, à croitre, en proposant des solutions innovantes à leurs clients.
    C’est à nous clients, de décider si les services qui nous sont proposés par ces deux sociétés nous conviennent. Et valent le prix qui nous est réclamé.
    A titre personnel, je n’ai pas renouvelé mon abonnement premium Geneanet cette année. Manque de temps pour traiter les informations et d’autres sources à creuser pour le moment. Mais le service proposé m’intéresse toujours. Mais juste pas tout de suite. J’y reviendrais donc dans quelques mois.
    Je vais regarder par ailleurs ce que propose Filae. Et je verrais si je me lance ou pas. Mais pour les mêmes raisons que pour Geneanet, je vais probablement différer si je dois y aller.

    Et un point de désaccord. Je ne suis pas sûr que le travail effectué par Filae soit obligatoirement du ressort des Archives. Parmi leurs taches régaliennes, il y a la préservation (qui passe souvent par la numérisation) et la communication. Et pour moi, ces taches sont remplies par la mise en ligne.
    Le traitement de la donnée fait-il partie de ces mêmes taches régaliennes ? J’en suis moins sûr. Mais on risque vite de basculer sur des visions conceptuelles que l’on retrouvera sur bien d’autres thèmes dans notre société, où vont s’affronter les tenants d’un Etat très fort responsable d’un maximum de taches et ceux qui prônent le déchargement d’un certain nombre de taches à des sociétés privées, mais qui ne le feront pas pour rien. Mais ne nous leurrons pas. Lorsque c’est un Etat fort qui le fait, il a bien besoin d’argent pour le faire. Et alors, ce sont nos impôts qui entrent dans la danse.

    PS : je précise que le terme société commerciale n’est pas un gros mot pour moi. Je suis moi-même salarié d’une société commerciale (dans un autre secteur d’activité)

    • Tu as raison sur tous les points : d’abord une entreprise, ce sont des hommes et des femmes qui vivent de ce qu’ils font. Ils méritent salaire. Évidemment. Filae donc aussi.

      Geneanet et Filae sont deux entreprises commerciales. Et ce sont deux belles sociétés. Qui fonctionnent, je le souhaite en tout cas.

      Mais une entreprise a une image de marque. J’ai donné plus haut les images que j’avais de ces deux entreprises. À eux de la modifier s’ils le souhaitent. Genealogie.com semble vouloir la changer avec ce changement radical. Nous verrons dans quelques temps l’image que j’en aurai alors.

      Enfin, concernant les tâches des archives, c’est vrai, je le confesse, j’ai une vision de l’Etat qui est un État très fort. C’est ma vision de la France d’ailleurs, mes opinions politiques. Je suis « public first ». En santé, en énergie, en sécurité, etc. C’est moi ça. 😉

Répondre

Theme by Anders Norén