Prise de Vue de La Sauvage

La Sauvage

La Sauvage est le nom donné à un terrain, situé sur la commune de Goult, en Vaucluse. Ce terrain est la propriété de la famille ARNAUD depuis (au moins) les années 1800.

On retrouve une trace d’une « maison et cour » sur la parcelle F.28 en 1810 qui appartient, comme de nombreuses autres propriétés de Goult, à Augustin François ARNAUD. Ce dernier est fabriquant de draps. Il possède toujours cette maison à la révision du cadastre en 1823. Sur un plan trouvé dans la maison récemment, on retrouve la parcelle F.28 avec à son emplacement un bâtiment nommé « La Grange ». A la place de la maison actuelle devait certainement être construit un local agricole.

Il est important ici de rappeler que les ARNAUD avaient également une maison dans le village, qui devait être leur maison d’habitation.

Plan de La Sauvage, Réalisé par Bachet géomètre 1e Classe (ci-dessus) et deux détails (ci-contre)

Vue Satellite de la Sauvage et de ses environs

Adrien Arnaud, avocat, 1817 - 1873

En 1852, cette maison est cédée à Augustin Guillaume Antoine ARNAUD qui décédera en 1858. Augustin est le père de trois enfants : Adrien, avocat à Aix, Henri, médecin à Paris et Marguerite, habitante de Puyricard. La maison ira en indivision à Henri et Adrien et ne subira visiblement pas de modification jusqu’en 1874 (Partage succession devant Maître BOYER, notaire à Gordes le 3 Avril 1858).

A cette date, Adrien décède et la maison revient donc de droit à son frère Henri. La maison subira alors d’importants travaux de rénovation (même de reconstruction) qui démarrent en 1874 comme en atteste la plaque retrouvée dans la cave.

« Le doct. Augn Ant Henri Arnaud a fait construire par les frères Grangier Cette villa dont la première pierre a été posée le 1er Juillet 1874

Henri Arnaud, docteur en médecine, 1822-1880

Il y aura successivement 5 ouvertures imposables en 1875 puis 14 nouvelles ouvertures imposables en 1891. On retrouve d’ailleurs des traces de sa présence sur la maison, comme les lettres HA entrelacées sur le balcon. En 1880, Henri Arnaud décède sans testament. La maison revient alors à sa soeur Marguerite, seule et unique héritière. Celle-ci s’affranchira rapidement des biens de ses frères et les léguera à Caroline Granier, cousine au quatrième degré.

Celle-ci était la domestique d’Henri entre 1874 et 1880 lorsqu’il avait installé son cabinet à La Sauvage, elle est mariée à Ponciant ARNAUD, un carrier de Goult avec qui elle habite la Folie (maison juste à côté, appelée également La Californie) avec Henri ARNAUD (futur étudiant en médecine) et Marie-Thérèse Caroline ARNAUD (mon SOSA numéro 27).

Puis les différents propriétaires retrouvés seront :

  • en 1943 Charles CHABAUD époux de Marie-Thérèse Caroline ARNAUD
  • en 1946 Léon CHABAUD (son fils) époux ETIENNE
Léon CHABAUD décède en 2000. Juste avant son décès, en 1999, il a cédé ses biens à son neveu, Jacques GOUBERT (mon grand-père) qui lui-même les divisera en trois parties égales entre ses enfants.

Depuis Avril 2006, l’habitant de Lumières n’est autre que Matthieu Bècle, premier du nom.

La Maison, telle quelle est aujourd'hui

Les Différentes Familles ayant vécues à La Sauvage

Famille d’Augustin ARNAUD. La Maison est encore sous forme d’une grange jusqu’à ce que Henri en fasse son habitation principale et la transforme radicalement en ce que nous connaissons actuellement. Aucun des deux frères n’ayant de descendance, La Sauvage ira à la soeur qui la donnera à leur cousine au quatrième degré, Caroline Granier.

Cliquez sur la photo pour l’agrandir !

Famille de Ponciant ARNAUD. Parmi les habitants de La Sauvage appartenant à cette famille, notons Henri ARNAUD, étudiant en médecine qui se suicida en 1898, ou Jules CHABAUD qui mourut en 1916 au départ d’une reconnaissance lors de la Grande Guerre, à laquelle il participa encore mineur et qui grava dans un des arbres du bosquet un dessin avec des avions pour son petit frère, Léon.

Enfin, pour finir, voici quelques photos de diverses époques de la Sauvage pour vous faire une idée de la vie à La Sauvage dans l’ancien temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>