Le logiciel de généalogie est la pierre angulaire du travail généalogique. C’est l’outil de saisie, de stockage, de recherche et de partage des données. Il permet la création des bases de données que l’on va ensuite exporter, exploiter, partager, sauvegarder. Il est si important que, parfois, notre méthodologie de travail est contrainte par le design et l’ergonomie du logiciel que l’on utilise. En 2012, une première approche permettait d’évaluer la part de marché de Heredis (BSD Concept) à 48%, Généatique (CDIP) à 20% et Geneweb (Geneanet) à 12%. Mais depuis, de nombreux paramètres ont pu modifier le paysage du logiciel de généalogie : La démocratisation du haut débit et du cloud a permis aux logiciels « en ligne » d’améliorer la saisie et de faire progresser leurs web-applications tandis que les applications mobiles ont petit à petit effacé la frontière qui existait entre les logiciels installés sur nos machines et les web-applications. Alors, en ce début d’année 2015, quel logiciel est principalement utilisé par les généalogistes français ?

Matériel et méthode

La population étudiée est très variée : il s’agit de tous les généalogistes capables de répondre au sondage Excel, publié sur internet et diffusé via les réseaux sociaux. Aucune donnée démographique n’a été l’objet de question rendant impossible l’établissement d’un profil d’utilisateur. Aucun critère d’exclusion n’a été retenu pour cette étude observationnelle. Le sondage a été disponible pendant douze jours.

Par ailleurs, les résultats de cette étude ont été mis en perspectives avec ceux de 2012 pour évaluer une évolution des habitudes des généalogistes en trois ans.

Résultats

396 personnes ont répondu entre le 27 janvier et le 8 février 2015.

Figure 1 : Part de marché des principaux logiciels de généalogie utilisés en France en 2015

Parmi eux, 203 (51,3%) déclarent utiliser Heredis (BSD Concept), 71 (17,9%) Généatique (CDIP) et 62 (15,7%) Geneweb (Geneanet) (Figure 1). Ces trois solutions représentent 84,89% des solutions utilisées par les généalogistes comme logiciel principal. Les autres utilisateurs utilisent l’un des 26 autres logiciels cités dans l’étude (Tableau 1).

Tableau 1 : Liste des principaux logiciels de généalogie utilisés en France en 2015

Par ailleurs, parmi les trois grands acteurs de la généalogie, Heredis (+3pts) et Geneanet (+4pts) semblent gagner des parts de marché tandis que Généatique est le seul membre du trio à perdre du terrain (-2pts) (Tableau 2).

Tableau 2 : Comparaison de la part de marché entre 2012 et 2015 des principaux logiciels de généalogie utilisés en France

Discussion

Une étude qui n’est pas scientifique

Avant que les critiques ne fusent, il faut voir ce sondage non pas comme une étude qui définit précisément l’usage des généalogistes francophones mais plutôt comme une photographie du paysage au début de l’année 2015. Ce sondage comporte de nombreux biais : les populations cible et source ne sont pas précisément définies, les groupes comparés entre 2012 et 2015 ne sont peut-être pas comparables démographiquement parlant. Parfois, l’utilisateur a inscrit deux logiciels où il n’en était demandé qu’un, j’ai du trancher : le premier logiciel cité étant le logiciel retenu.

Mais ce sondage, s’il n’est pas scientifique, est de par son nombre de répondants (près de 400) une photographie qui semble assez précise des solutions qu’utilisent les généalogistes connectés. Chacun l’interprétera à sa manière, avec son angle de lecture personnel.

Deux logiciels et un site web en tête

Parmi les trois leaders du logiciel de généalogie, deux sont des acteurs historiques du secteur en France : Généatique et Heredis. Le troisième a un statut particulier, car Geneweb (Geneanet) est une solution de gestion de généalogie « en ligne ». En effet, on n’installe aucun logiciel sur son ordinateur, tout se fait sur internet, via le navigateur. Et c’est d’ailleurs cette solution en ligne qui progresse le plus parmi les trois leaders (+4pts).

Geneanet est le premier site de partage et de recherche généalogique en France, le sixième mondial1. Il bénéficie d’une popularité et d’une audience très forte, véritable réservoir d’utilisateurs pour Geneweb. Car parmi tous les utilisateurs d’Heredis et Généatique, combien sont ceux qui utilisent aussi Geneweb en partageant leur arbre sur Geneanet ? Probablement un très grand nombre.

L’amélioration de la vitesse de connexion fixe et mobile et de la couverture internet mobile haut débit est une aubaine pour Geneanet : cela permet le développement d’une web-application plus lourde, donc plus complète et plus agréable pour la saisie de nombreuses informations généalogiques. Et cette saisie peut se faire de partout, sans contrainte physique matérielle. Il suffit de se connecter à son compte depuis n’importe quel ordinateur pour continuer la saisie.

Le développement du mobile, et avec lui le développement de la philosophie des Stores d’applications mobiles pour smartphones, tablettes et PC et du Cloud Computing, obligent Geneanet à devenir éditeur de logiciel (sous forme d’applications mobiles) et à venir affronter directement les éditeurs historiques sur leur terrain. Par ailleurs, étant un site web, Geneanet bénéficie déjà des infrastructures (serveurs web, technologies) leur permettant d’investir pleinement le Cloud Computing, et garder ainsi leur avance dans ce domaine.

Derrière, Heredis et Généatique ont besoin d’investir massivement dans des sites web complets et dans des applications mobiles pour ne pas rater le virage du Cloud car, même si les généalogistes ne sont que peu enclins à modifier leurs habitudes en terme de logiciel, il est à parier qu’ils utilisent pour la plupart déjà Geneanet et que le seul frein au passage au « tout Geneanet » reste le confort de saisie des logiciels classiques. Mais pour combien de temps ?

Personnellement je crois qu’en 2015 (et je le croyais déjà en 2013) un bon logiciel de généalogie est un logiciel accessible via n’importe quel device (téléphone, tablette, ordinateur), synchronisé en temps réel via le cloud et avec une ergonomie permettant un confort de saisie optimal.

Pour Geneanet, il manque une application web apportant un vrai confort de saisie. Pour Heredis, il manque une synchronisation Cloud automatique, et une web-application permettant de modifier son arbre de partout. Mais tous les deux semblent avoir pris un chemin commun et il ne serait pas impossible que dans quelques années, Heredis et Geneanet proposent exactement les mêmes services.

Conclusion

Heredis reste utilisé par plus de la moitié des généalogistes francophones en 2015. Derrière Généatique perd quelques utilisateurs pendant que Geneanet continue sa progression.

Il semble évident que les frontières entre sites web et logiciels s’estompent avec le temps et que le virage du mobile, du cloud et des web-applications doit être pris par chacun des acteurs pour rester sur le podium. Car bientôt les sites web et les éditeurs de logiciels proposeront les mêmes solutions qui seront concurrentes et non plus complémentaires. Et l’utilisateur ira probablement vers la solution qui bénéficiera du meilleur contenu.

  1.  http://www.genealogyintime.com/articles/top-100-genealogy-websites-of-2015-page02.html []