The Who

Quel généalogiste suis-je ? #Saison2

L’année dernière j’ai publié une sorte de mémo sur ma pratique de la généalogie en réponse à d’autres blogueurs généalogistes. C’était une sorte de bilan de 2010. Je m’y remet en ce début de nouvelle année, comme un bilan de 2011 et de mes changements de pratiques, tout en gardant les termes initiaux choisis par d’aïeux et d’ailleurs.

Season 2

à propos des relevés systématiquement des témoins, parrains, marraines, et autres présents cités dans les actes.

Je ne le fais toujours pas. J’ai commencé mais j’ai l’impression que c’est fastidieux, long et très imprécis. Je m’explique : dans une famille, souvent nous retrouvons les mêmes prénoms. Dans ma généalogie, souvent les cousins sont +/- homonymes, +/- du même âge et +/- dans le même corps de métier. Arriver à distinguer qui de ces trois individus est le parrain (car souvent, seulement un prénom sur les 2 ou 3 de baptêmes n’est cité dans l’acte) me parait impossible, et j’aime balayer toute incertitude. Ce qui n’est pas certains n’est pas dans ma généalogie.

à propos des registres, lieux, périodes, où les recherches sont négatives.

Je suis devenu beaucoup plus méthodique cette année. Parmi les grandes progression, notons :

  • l’établissement de « base de données Bècle » : Comme je pense sincèrement que tous les Bècle sont reliés par le même ancêtre commun, je relève systématiquement tous les Bècle que je trouve, de partout, pour en faire une grosse base de données. Ainsi, dans l’Isère, on trouve des Bècle-Berland : je les étudie. De même tous les Bècle morts pour la France sont en cours d’étude.
  • Le cahier de bord : comme suite logique de mon cahier de laboratoire, le cahier de bord de ma généalogie comprend tous les registres que j’ai déjà étudié, avec le bilan des patronymes étudiés. Exemple : je recherche les Goubert nés dans le Vaucluse : je note les registres où j’en ai trouvé, et ceux dans lequel je n’en ai pas trouvé (car comme le dit mon prof. , l’absence de résultat est un résultat).
  • Les objectifs : j’en avais un peu assez de travailler « dans le vide » alors je me suis fixé un certains nombre d’objectifs. Cela me permet de mieux travailler, et d’être plus ordonné, de savoir ce que je cherche.

à propos de la lecture automatique des registres

Je continue de lire en diagonale beaucoup de registres, ça me fait aller plus vite et je ne suis pas sur de louper beaucoup de patronymes qui m’intéresseraient.

à propos de la différenciation décès/inhumation et naissance/baptême

J’ai toujours fais la différence. Et je note toujours les deux si j’ai l’information. Le seul endroit où je ne fais pas la différence, c’est dans le classement des actes dans mes dossiers : pour faciliter la recherche, j’indexe comme « acte de naissance » les N et les B. Par contre dans Heredis, la distinction est faite et un évènement est créé pour les deux.

NB : je différencie même mariage civil de religieux.

à propos des lieux-dits et sub-division

Je ne les notais pas avant, je les note depuis l’année dernière. Je trouve ça important +++ en fait.

à propos de la gestion des sources

J’ai un problème de gestion des sources. J’ai des actes, pas mal, mais j’ai du mal à les classer, à les recenser de façon exhaustive, à retrouver l’information.

Je trouve que dans Heredis, la gestion des sources est mauvaise. J’aimerais un logiciel de gestion et de base de données performant pour les sources afin de gagner du temps. Parfois, je ne retrouve pas les informations que je cherche alors que je sais que j’ai un acte qui le précise. Bref, du travail à faire de ce côté là.

à propos des sauvegarde

J’ai beaucoup changé à ce sujet suite à quelques frayeurs avec mon PC portable :

  • Synchronisation automatique de toutes mes données avec Skydrive
  • Synchronisation automatique de mes favoris internet avec Chrome
  • BackUp 1/trimestre sur disque dur externe et sur un autre ordinateur
  • Accès permanent à ma généalogie via geneanet ou ancestry

à propos de la charte de nommage des fichiers

J’en ai une qui me semble efficace. En tout cas, je retrouve le fichier que je cherche, à peu près.

à propos des sites internet utilisés (nouveautés en gras)

  • Google : +/-
  • Geneanet : +++
  • Gallica : ++
  • Mormons : +
  • NF : +/-
  • Geneaservice : 0
  • Ellis Island : 0
  • Planète généalogie : -
  • Cartes et Patrimoines : -
  • SGA mémoires des hommes : +++
  • Léonore : +
  • Encyclopédie de Diderot et d’Alembert : ++
  • Littré : ++
  • Google Books ++
  • Archives en ligne +++

à propos du partage de données et de l’utilisation des données d’un tiers

Partage de données total : mes ancêtres ne m’appartiennent pas, ni leurs actes de naissance. J’ai le partage facile.

Récupération de données d’un tiers (comme sur geneanet) : je prend acte de leurs travaux, mais j’effectue mes propres recherches de vérification acte à l’appui. On ne peut donc pas dire que je « pompe » à proprement parler (sauf les données que m’a envoyé un cousin en gedcom que j’ai ajouté brut à mon arbre, sans vérifier : je lui fais confiance, j’ai pas eu le temps ni les moyens de vérifier, et je voulais joindre ces deux gedcoms pour centraliser).

à propos de l’achat d’actes sur Bigenet

Jamais fait. Mais si c’était à faire, je le ferais.

à propos des archives municipales / départementales en tant que lecteur

J’y vais, j’aime bien ça. Et surtout, je rencontre des chercheurs « aguerris » qui m’aident et me font partager leurs expériences.

Je me suis donc assagis en 2011, et je commence à m’ordonner dans mes recherches. Je vais surement devenir efficace un de ces jours !

Liste des autres généalogistes qui se sont dévoilés :

Ma généalogie au 31 décembre 2011
  • 1010 individus
  • 361 unions
  • 112 lieux
  • 345 patronymes
  • Naissance la plus ancienne <1451 (les fameuses données du cousin non vérifiées)
  • La plus récente : Soline
  • Dernier décès : Claude


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

16 réflexions sur “ Quel généalogiste suis-je ? #Saison2 ”

  1. bonsoir, je gère tout depuis au moins 12 ans avec ancestrologie,je n’utilise rien d’autre, inutiles et trop « disperseurs de données ». sur chaque fiche d’evènements je note les sources, page, feuillet, numéro acte. sur les baptème les parrains et marraines et témoins quelquefois. ça ne prend rien entemps, je ne laisse rien passer , je vérifie tout. En ce moment nous relevons tous les « cayols »(caillol, cailhol etc.) de provence selon le même procédé et je m’en sors très bien, il est vrai que je ne m’en lasse jamais…je trouve toujours des enigmes a résoudre et des documents a lire !!
    bonne continuation
    selma cayol

  2. Je suis adepte de ce bilan année+1 : cela donne l’envie d’en faire autant histoire d’acquérir davantage de méthode. Et de pouvoir faire un bilan : je viens juste de m’apercevoir que mon blog a 2 ans ! De quoi adopter de meilleures habitudes…
    Je ne connaissais pas la règle du parrainage et je vais vérifier si elle s’applique en Haute Garonne et dans l’Aisne.
    Merci pour ces conseils !

  3. Au sujet des parrainages, du point de vue des règles, de l’ethnologie, il existe un bon bouquin écrit par Agnès Fine. Noël est passé mais cela n’empêche pas de se le faire offrir.

    Et à ce sujet …. Meilleurs voeux pour cette nouvelle année.

  4. « à propos des relevés systématiquement des témoins, parrains, marraines, et autres présents cités dans les actes. Je ne le fais toujours pas. J’ai commencé mais j’ai l’impression que c’est fastidieux, long et très imprécis. »

    Effectivement Clément, c’est long, fastidieux mais qu’est-ce que cela rapporte en terme de déblocage (en tout cas pour l’occitanie c’est sûr). Pour rester sur l’exemple de l’occitanie, le parrainage se fait selon certaines règles, en tout cas dans le Midi-Toulousain : deux premiers enfants ce sont les grands-parents, ensuite les oncles et tantes puis enfin les cousins et la fratrie. Cela permet de connaître des parentés, de se poser des questions sur des lieux (Et si la famille recherchée était de ce lieu-là ? Allons voir !)
    Dommage de n’avoir pas continué. 2012 peut-être ?

    1. Je ne connaissais pas cette « règle ». Je vais voir si elle correspond en Hérault, dans le Vaucluse à partir de cas particulier et me renseigner sur le cas général. Si ça fonctionne, je crois en effet que je vais tout reprendre à zéro.
      De toute façon, en 2012, je vais passer une partie de mon étude généalogique sur une ré-étude d’actes que j’ai lu il y a quelques années pour les relire avec mes connaissances actuelles.
      A bientôt Stéphane

  5. Merci, beaucoup pour cette rétrospective, je suis « d’aieux et d’ailleurs » avec intérêt, la rétro 2010 m’avait beaucoup intéressée, celle-ci me plaît beaucoup.
    Je retiens donc, méthode, rigeur, objectifs et passion! Bravo pour vos partages d’aïeux et d’articles.

  6. Sympa, la mise à jour. ça permet de voir les évolutions ;-)

    Pour les parrains, ils m’ont plus d’une fois permis de décoincer une branche. Si tu ne les relèves pas, n’oublie pas de retourner les voir lorsque tu coinces.

    Pour la gestion des sources, il est clair qu’Hérédis est vraiment très mauvais sur ce point. Pour ma part, j’ai trouvé mon bonheur absolu : Gramps. Enfin un logiciel rigoureux. Par contre, j’ai dû abandonner un peu d’ergonomie pour ça. C’est un choix.

    1. C’est vraiment bien Gramps ? Parce que
      1- j’ai peur de perdre des données avec l’exportation importation
      2- j’ai pas trop envie de gérer deux fichiers en parallèle

    2. Venant d’Heredis, tu risques de perdre quelques données gedcom sauce BSD, mais pas les données « basiques » (NMD, liens entre parents et enfants, etc.). D’après mes souvenirs (Heredis 8 > Ohmigene 4), j’ai du refaire les sources, et il y a des surprises au niveau de certaines balises comme les titres (qui se retrouvaient à la place du nom de famille).
      J’ai laissé un peu d’ergonomie également pour OhmiGene, mais gagné en qualité de Gedcom (nickel) et possibilités (listes de recherche, recherches croisées, export Google Maps, gestion des noms, etc.).

    3. Je vais te dire la même chose que Maïwenn. Au niveau des données généalogiques, je n’ai absolument rien perdu.
      En revanche, j’ai dû reprendre toutes mes sources, et je t’avoue que je n’ai pas encore terminé.
      Même chose pour les lieux, mais c’est plus rapide.
      Je pense que le résultat le vaut bien.
      Au niveau des recherches, un simple clic droit sur un individu permet de faire une recherche sur le moteur de ton choix (google, geneanet, geneabank, etc….).
      Bref, un choix que je ne regrette absolument pas.

    4. Je vais voir si je saute le pas en 2012. Parce que j’ai jamais trouvé Heredis 12 sur BitTorrent… j’avais tenté d’installer GRAMPS une fois, la procédure était un peu fastidieuse. Je vais retenter et puis découvrir Ohmigene.

    5. Gramps est normalement conçu pour fonctionner sous Linux. Il a donc été codé en fonction des caractéristiques de cet OS (notamment pour les dépendances).
      Il est possible cependant de le faire tourner sous windows sans problème. Soit en installant soi-même les dépendances (ce qui est long et fastidieux) soit en utilisant un installateur All-in-One qui va faire le boulot à ta place. Je crois savoir que cet installateur fonctionne maintenant très bien. Voir ici : http://gramps-project.org/wiki/index.php?title=Installation/fr#Windows

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>